top of page

L'instinct grégaire chez le cheval

L’instinct grégaire pousse les chevaux à se rassembler et vivre en groupe. Il se reflète dans leur comportement, les poussant à évoluer ensemble pour plus de sécurité.



La vie du cheval en troupeau


Au sein du troupeau, une hiérarchie se met en place et doit être respectée par les membres du groupe. Il y a les leaders du groupe (les dominants qui ont en charge de protéger, de surveiller et de prendre les décisions pour le troupeau).


Ces troupeaux sont généralement dirigés par une jument et sont constitués d'un étalon, de juments et de poulains. Cette hiérarchisation et les différents rapports entretenus entre les différents chevaux permettent de jouer un rôle éducatif chez les plus jeunes.


Vivre en troupeaux pour sa protection


Le cheval est comme vous le savez une proie, il a donc évolué de sorte à éviter d'être l'objet de prédation. Sa principale défense est la fuite, effectivement le cheval n'attaque qu'en dernier recourt.

Il n'est donc pas rare que votre cheval ait des réactions que vous juger disproportionner, hors pour lui c'est un véritable signal d'alerte qui est considéré comme question de vie ou de mort pour son cerveau.


Grâce à sa vie en troupeau, le niveau de stress du cheval est assez faible effectivement, il y a toujours au minimum 1 cheval en surveillance qui est en charge de détecter la moindre anomalie dans leur environnement. De ce fait, il n'est pas rare de voir dans un champ plusieurs chevaux allonger et un qui fait le guet pour le reste du groupe.





Quel conséquence si son cheval n'a pas d'interaction sociale ?


Comme vous avez pu le comprendre, le cheval ne supporte pas la solitude et cela peut avoir de lourdes conséquences sur sa santé mentale ou physique.


Un cheval au box est privé de liens sociaux mais aussi de déplacement, il arrive donc régulièrement que les chevaux au box développent une anxiété importante conduisant à des stéréotypies (tic) pouvant induire certains problèmes de santé comme une usure prématurer des gencives et augmentant le risque d'ulcère gastrique.

Les chevaux ayant des tics sont également plus facilement sujet à la perte d'état. Effectivement une grande partie de leur temps est consacré à manger le devient pour tiquer.


Un cheval au pré a également besoin d'un congénère, sans celui-ci, le cheval doit toujours être en alerte et ne peut ainsi pas entrer dans une véritable phase de sommeil.


En conclusion


L'isolement et le confinement d'un cheval ne devraient être envisagés qu'en cas d'extrême nécessité (pathologie ou blessure) au risque de créer un mal-être chez votre cheval directement lié à la nature du cheval (animal grégaire).


17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page